Benin Stop Fake News
ACTIVITES

Le Progrès : Rapport de la séance de restitution sur les « fake news »

Le jeudi 16 Mai 2019 au siège du journal « Le Progrès » s’est déroulée, la séance de restitution de l’atelier de formation des formateurs sur la « Détection et rectification des fake news par les journalistes » tenu à Porto-Novo le lundi 29 Avril au Mercredi 1Mai dernier.

Organisée dans le cadre du projet « Stop fake news », cette séance d’échanges a connu la présence effective de près d’une quinzaine de participants. Présentée par Gautier Noudofinin, journaliste intervenant dans cet organe, cette rencontre a permis aux professionnels de mieux cerner la notion de «fake news».

D’entrée le communicateur a entretenu toute l’assistance sur la première communication intitulée « Les sources d’information au Bénin : typologie et réalité ».

Pour formateur, le journaliste s’informe avant d’informer et doit s’assurer de la véracité des faits. « S’informer c’est aller à la source de l’information et notamment la documentation », a-t-il précisé lors de sa présentation. A ce titre, il a abordé les caractéristiques essentielles des sources d’information à savoir l’utilité, l’originalité et l’efficacité. Gautier Noudofinin n’a pas passé sous silence la typologie des sources d’information pour un professionnel des médias en quête d’information crédible. Au nombre de la typologie, il a cité les sources humaines, les points focaux des ministères et les services d’information des organisations. « Il faut faire recours à ces différentes sources avant la publication des informations », a-t-il conseillé, tout en invitant les journalistes à protéger leur source.

L’animateur de cette séance a échangé avec les participants sur la deuxième communication qui porte sur la question : « Quelle investigation pour quel type de fake news ? ». Avant de rentrer dans le vif du sujet, il a d’abord défini l’expression de «fake news ». Selon ce journaliste, la « fake news » est une information mensongère, une information fallacieuse qui a pour ultime but de détruire un auditoire. Il a partagé avec les participants les types de « fake news ». Il a fait cas de la déformation des faits, des publicités ressemblant à des informations, des informations sorties de leur contexte. A cela s’ajoutent des postes ou des articles non vérifiables, des vidéos, des photos et des supports variés, a-t-il complété. Pour un travail professionnel pour barrer la route à ce phénomène de temps moderne, Gautier Noudofinin a exploré la piste des enquêtes. En la matière, il a présenté les différentes sortes d’enquêtes aux participants. Parmi celles-ci, il a mis l’accent sur l’enquête temporelle, enquête express, enquête rapide et enquête approfondie. Donnant des exemples de production, il encourage les journalistes à produire des papiers terrain. C’est le cas de la production « Agriculture : la face cachée de l’or blanc » d’un journaliste béninois.

Cette séance a été aussi marquée par la présentation du code de déontologie. Plusieurs articles de ce document ont été passés en revue par les participants. Le communicateur exhorte les hommes des médias à familiariser avec ce code pour ne pas tomber sous le coup de la loi.

Ces travaux ont pris fin par une collation pour le plaisir des journalistes qui ont assisté à cette formation malgré leur calendrier chargé de ce jeudi 16 Mai 2019.

Articles Similaires

Séance de restitution de l’atelier « Stop Fake news » au Personnel du Journal ‘’Educ’Action’’

admin

Des journalistes en formation pour la détection et la rectification des FAKE NEWS

admin

Renforcement de capacité aux Journalistes de ‘’Le Matin’’ sur la Détection et la rectification des ‘’Fake news’’

admin

Laissez un commentaire

Résoudre : *
17 + 25 =